Voyager en camping-car

C’est un choix

  • Qui permet d’être tous les soirs « chez soi », sans chercher l’hôtel, sans les bagages à trimballer.
  • Qui permet de s’arrêter le midi sur le bord de la route.
  • Qui permet de faire une pause, à l’abri, au retour de balade.
  • Qui permet de manger « normalement » en évitant FastFood et Pizzas.
  • Qui permet d’être au plus près des sites et de la nature, c’est un immense avantage.
  • Qui permet de rencontrer les américains au campground.
  • Qui finalement n’est pas beaucoup plus onéreux que la formule voiture/hôtel/restaurant.

Les contraintes

  • Conduire un engin de 25 pieds (un beau « camion » de 7,60m) et 4,5 tonnes, à boite automatique, demande une « initiation » et une certaine prudence. Le permis B Français suffit malgré le poids et la taille. Personnellement pas de problème, car je suis (enfin… j’étais) un gros rouleur et possède une voiture à boite auto.
  • La vitesse/moyenne horaire un peu réduite par rapport à un véhicule léger (compter 10 miles en moins, ou ajouter 1/4 d’heure toutes les 2h00 de roulage). Mais la vitesse étant souvent limitée (et à respecter), le rythme doit être contemplatif.
  • La vue en hauteur limitée par la capucine (à l’avant).
  • La consommation élevée, soit 23,4 L / 100 km (mais à 0,666 € du litre) pour les 2745 miles/4420 km du trip, en ayant le pied léger.
  • Devoir faire les courses alimentaires et la cuisine.
  • Réserver les campgrounds à l’avance (voir rubrique séparée).
  • Assurer l’intendance : vidanges et remplissages d’eau, niveaux et contraintes de sécurité, mais on s’y fait très vite et ce n’est vraiment pas une « corvée ».
  • Ne pas pouvoir accéder aux « pistes » et chemins délicats ou escarpés (Monument Valley-Valley of the Gods- Muley Point), ou la traversée de Death Valley (vallée de la mort) qui, elle, est interdite par les loueurs en été.
  • Être vigilant sur l’itinéraire en évitant les cols et routes trop pentues (plus de 8%).
  • Cohabiter dans un espace réduit.

La procédure

  • En provenance d’un vol transatlantique, le camping-car ne peut être récupéré le jour même, mais seulement le lendemain. Ne pas oublier que la station n’est pas ouverte le dimanche.
  • En général, la prise du CC c’est l’après-midi (en Français, le demander*) sur les procédures, rempli les formulaires, avoir les explications de vive voix, vérifié la présence de la notice technique (en Anglais*…). Faire des photos extérieures et intérieures de l’état détaillé du CC (pour éviter toute contestation ultérieure !), donc ne pas compter pouvoir partir avant 16h30/17h00.
  • Ensuite il faudra faire les courses et le plein (d’essence !) au Walmart du coin (compter 1h30 à 2h00).
  • Prévoir le premier « campground » (dit RVpark) assez proche pour y être avant la nuit, y faire les branchements pour la première fois, s’habituer à sa nouvelle « maison ».
  • La restitution au retour sera le matin avant 11h00.

Les précautions

  • S’assurer avant de louer que les couchages seront adaptés aux occupants (taille).
  • Bien vérifier la composition complète des kits (couchage et cuisine).
  • Caler les couverts avec un torchon.
  • Enlever les grilles bruyantes du gaz et du micro-ondes.
  • Intercaler une feuille d’essuie-tout entre les assiettes.
  • Ne pas laisser d’eau dans le lavabo.

L’astuce

  • Il existe un « bouton magique » intitulé Tow/Haul en bout du levier de vitesse de la boite automatique; en l’activant, il permet de disposer de vitesses supplémentaires (overdrive), facilitant la conduite, en montée ou descente, et donnant une « pêche » inconnue à cet engin un peu… poussif… par moment !

Le coût version 2013* (voir aussi les blogs 2009/2011/2012, même rubrique).

  • Passer impérativement par un loueur ayant « pignon sur rue », connu et apprécié depuis de longues années, avec des contacts bien identifiés en France, genre Cruise America dont j’apprécie la compétence et le service. Il y a également Campingcar-online.com ou El Monte par exemple.
  • La location par Cruise America France (agence France/Belgique/Italie/etc… voir leur site avec des vidéos très intéressantes)= 2640$ (à 1,32 = 2000 € pour 21 jours, 2750 miles, les kits pour 3 personnes, le complément gaz inclus, modèle 25 pieds)… à condition de réserver dès septembre/octobre pour l’été suivant.
  • N’hésitez pas à contacter Emmanuel et Christine pour un devis.
  • L’essence à 3,277 $ le gallon de 3,8 L = 1035.L = 893 $ = 690 € (soit 0,666 € le litre).
  • Les campings obligatoires pour 20 nuits = 956 $ = 735 €.
  • Comme dit plus haut, pas beaucoup plus cher qu’une autre formule (je l’ai estimé, pour notre cas, à 500 € soit 6% des dépenses globales).

Photos 2013