Endroits insolites

Au cours de notre périple, nous avons découvert 2 endroits au Tennessee et en Caroline du Nord, insolites, et assortis de belles rencontres. Nous souhaitons les mettre à l’honneur.

Jour 15 le samedi 11 mai :

Le Rock-a-Billy Hall of Fame de Jackson/Tennessee : Ouvert en 09/2001, nous y arrivons en même temps que son créateur et animateur, Henry Harrison (76 ans), qui nous y accueille très chaleureusement. Le courant est tout de suite passé entre nous, puis ce personnage haut en couleur nous entraine immédiatement vers l’immense fresque peinte sur le mur extérieur du musée : un hommage à la figure locale et internationale du Rockabilly, Carl Perkins (à qui l’on doit notamment les « Blue Suede Shoes » reprises par Elvis plus tard), et à Paul McCartney (oui, celui des Beatles) qui y a contribué.

Par la suite, pendant plus de 2 heures, Henry nous a offert une visite privée de son musée avec force anecdotes et commentaires sur les photos et les vies de ses contemporains et amis : Elvis Presley, Carl Perkins, Johnny Cash, Jerry Lee Lewis, etc.

Il a été très surpris qu’un Français lui parle de Brenda Lee et de son tube de 1959 : Let’s jump the Broomstick (un rock que je dansais à 14 ans…). Nous avons aussi eu droit, tous les 3, à une leçon de batterie peu banale, sur celle du batteur d’Elvis, avec les baguettes du batteur de Johnny Cash (W.S. Holland) !

La grande pièce ressemble aux salles de bals de notre enfance, mais version Rock, et tapissée de disques et photos des années 50/60. Dans la petite pièce attenante, encore des reliques en tous genres (dont le défibrillateur qui n’a pas ranimé Elvis). Enfin, vers 12h30 un second coup de fil de sa femme lui rappelle que le repas est prêt (c’est ce que nous supposons…), et nous nous quittons après 3 effusions !

Ce fut pour nous la parenthèse la plus insolite de ce voyage et un souvenir inoubliable. Merci Henry.

Jour 20 le jeudi 16 mai :

le Wheels Through Time Museum à Maggie Valley/Caroline du Nord est installé ici depuis 2002, c’est un repère de bikers où une horde de 350 motos (principalement Harley Davidson) s’alignent dans un désordre savamment organisé. Certaines datent du début du 20e siècle, d’autres sont équipées d’une cage à poulets ou d’une fourche démesurée à la Easy Rider, d’autres encore ne ressemblent plus du tout à une moto (engins futuristes ou hybrides). Il faut y voir aussi les expositions par thème : les militaires, de police, de compétition ou encore les ateliers d’époque.

On y trouve aussi quelques voitures anciennes, toutes d’origine américaine dont une mythique Corvette de 1962, des Packard, Lincoln, Cadillac des années 30 – mais aussi une seule étrangère : le cabriolet Veritas-BMW de 1949, produite à quelques rares exemplaires dont il n’en resterait que 2 dans le monde.

En plus d’un accueil très sympathique, nous avons pu assister à une séance de démarrage improvisée (!) avec son et fumée… voir photo.

Ici, les passionnés et les curieux pourront, en tout cas, largement y trouver leur compte.