Jour 19 – 5 août 2010 – Etape 10

Notre dernier camp est apparemment un point de chute habituel pour l’équipe de Svalbard nature : l’emplacement de la tente Mess est déjà tracé, et le mobilier prêt à l’emploi.

Nous montons le campement et partons tous ensemble chercher de l’eau dans les petites dépressions de la moraine qui surplombe le camp. C’est l’occasion d’une petite promenade dans les alentours, et nous découvrons une fois de plus un panorama à couper le souffle sur les paysages arctiques. La lumière rasante illumine la toundra d’orange et de jaune, superbe…

Nous resterons là jusqu’à ce que le bateau vienne nous chercher, le 7 août.

De retour au camp, nous prenons notre repas et nous couchons, un peu plus tôt que d’habitude, afin de tenter de rattraper notre décalage horaire.

Nous nous levons à une heure un peu plus « normale » : 13h. Au programme de cette journée : une promenade sur le glacier voisin. Nous partons donc avec les kayaks pour nous rapprocher du fond de la baie. Nos embarcations sont vides pour une fois, et nous avons l’impression de pagayer sans efforts, c’est plutôt agréable.

Nous débarquons sur une petite plage juste au pied du glacier, changeons nos combinaisons pour des tenues plus appropriés à la randonnée, et partons à pied sur le côté droit du glacier.

Sur les premières dizaines de mètres, la glace est mélangée à la terre et parfois recouverte. On a du mal à imaginer qu’il y a déjà une épaisseur de plusieurs mètres sous nos pieds. Puis à mesure que nous montons, la glace devient plus visible, mais elle n’est pas lisse ni tellement glissante. Cela donne l’impression de marcher sur de la neige durcie.

A l’endroit où nous sommes, le glacier n’avance plus, il n’y a donc pas de crevasses, mais plusieurs ruisseaux étroits et rapides s’écoulent sur sa surface. L’un d’eux tombe avec un bruit impressionnant dans une fosse circulaire très profonde pour continuer sa course sous le glacier. A quelques mètres de nous s’étend la partie encore mobile. La limite est très nette et le paysage totalement différent, avec de profondes failles et d’immenses séracs.

Après une petite pause et un encas, il est temps de redescendre, par le même chemin. Alors que nous nous rééquipons en mode « kayak », nous avons la chance de voir un gros bloc de glace se détacher du front du glacier, toujours aussi impressionnant, surtout d’aussi près !

Nous regagnons le campement vers 20h. Le temps d’aller chercher de l’eau, nous préparons le repas puis dînons et regagnons nos tentes pour notre avant-dernière nuit en pleine nature.

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *